Non classé

Pierre de lave

pierre de lave

L’obtention de cet émail “Pierre de lave” est arrivée au cours de mes recherches pour un Rouge de fer. En effet, après l’ajout de silice pour rendre mon Rouge de fer moins coulant, j’aperçois un émail satiné rouge sombre tirant vers le noir et ayant un peu de relief. J’imagine tout de suite un émail ressemblant à la lave.

ajout silice

Je décide de tester cet émail avec mon fameux test d’épaisseur (Vous avez un petit descriptif de la fabrication de l’outil ici) :

épaisseur pierre de lave

Nous constatons qu’à épaisseur importante, l’émail devient littéralement rouge, voire coulant.
L’image de la lave est encore présente, j’imagine déjà des pièces dont l’émail possède cette texture.

Avant de valider cet émail, je le teste sur de plus grandes pièces:

grande pièce

Bien que l’émail ait une teinte plutôt rouge que noir, j’aime son aspect. Il sera intéressant à observer sur des pièces dont la texture est davantage marquée.

Voici quelques pièces réalisées avec cet émail “Pierre de lave” :

  • Tous

retour aux autres émaux

Non classé

Rouge de fer

rouge de fer

Pour obtenir cet émail (Rouge de fer), j’ai suivi la même méthodologie que pour obtenir mon émail Vert d’eau. A savoir, j’avais mon émail tressaillé transparent à base de cendre de chêne auquel j’avais ajouté différents oxydes à différentes concentrations.

Ici, nous pouvons observer l’ajout d’oxyde de fer à différentes concentrations :

ajout oxydes de fer

Avec la concentration en fer la plus élevée, nous observons l’apparition de cristaux rouges. J’explore cette piste en ajoutant de la silice :

hausse du fer

Cela présage un joli Rouge de fer! L’émail est par contre assez coulant, même avec l’échantillon possédant le plus de silice. Je décide de poursuivre en ce sens et de procéder à un ajout de silice supplémentaire :

ajout silice

A la suite de ce test, j’observe 2 résultats très intéressants! Celui de gauche qui va me procurer mon Rouge de fer, je pense, et celui de droite qui me fournit un émail un peu sous-cuit avec une texture et une couleur qui peuvent être exploitables. Vous pouvez suivre la suite du développement de l’émail “Pierre de lave” (à droite) ici.

Je décide ensuite de procéder à un test d’épaisseur sur ces 2 échantillons. (Vous avez un petit descriptif de la fabrication de l’outil ici) :

épaisseur rouge de fer

Avant de valider cet émail, je le teste sur des petites pièces:

grosse pièce rouge de fer

Le résultat est très réussi selon moi. Un de mes plus beaux émaux!

Voici quelques pièces réalisées avec cet émail “Rouge de fer”:

  • Tous
  • pots à Bonsaï
  • Vases

retour aux autres émaux

Non classé

Peau d’abricot

peau abricot

Pour réaliser cet émail “Peau d’abricot”, mon point de départ était mon émail blanc auquel j’ai ajouté du rutile en différentes proportions:

ajout rutile

Les échantillons 2 et 4 (point rouge) retiennent mon intérêt, je conserve donc ces concentrations en rutile.

L’oxyde d’étain (faisant partie de mon émail blanc) est une matière première assez onéreuse. D’après la littérature, il est possible d’utiliser du silicate de zirconium en guise de suppléant. Je remplace donc l’oxyde d’étain par le silicate de zirconium. J’utilise les 2 concentrations de rutile sélectionnées ci-dessus et fais varier le silicate de zirconium en deux concentrations différentes:

ajout zirconium

En haut, on retrouve la faible concentration de rutile et en bas la concentration un peu plus importante. Les essais du haut me semblent un peu fades. Par conséquent, j’abandonne les essais avec la concentration de rutile la moins élevée et me concentre sur l’échantillon (avec le point rouge), celui avec le moins de silicate de zirconium.

Je décide de procéder à un test sur une plus grande pièce pour observer le résultat :

test sur pièce peau abricot

Aux endroits où l’épaisseur d’émail est plus importante, nous retrouvons l’aspect moucheté légèrement orangé.

Essais infructueux

Parallèlement, nous observons le développement de la teinte orangée avec l’augmentation de la concentration de rutile. Par conséquent, je décide de l’augmenter encore un peu plus :

plus de rutile

La concentration en rutile à gauche fournit l’aspect recherché. Les 2 autres donnent un aspect plus homogène et plus mate qui m’intéressent moins.

J’ajoute du fer dans cette recette pour contrôler si la couleur orange apparait de façon plus prononcée :

ajout fer

Voilà un test intéressant! Je l’ajoute et le commente car nous voyons que, dans ce cas, nous nous éloignons de la teinte orangée souhaitée. Au début on se dit, bon bah on a fait fausse route et perdu du temps. C’est en partie vrai… et bon nombre d’essais finissent comme ça.

Afin de rester dans la démarche d’obtenir davantage de teinte orangée, j’ajoute un peu de cendre d’os :

ajout cendre d'os

puis un peu d’oxyde de zinc :

ajout zinc

un peu d’oxyde de titane :

ajout titane

Finalement, je décide de revenir à l’échantillon initial lors du test de zirconium. Cet aspect-là me plaisait le plus.

Je décide donc de réaliser un test d’épaisseur en partant de cette recette (lien pour construire un petit outil pour mesurer l’épaisseur de l’émail) :

test épaisseur peau abricot

Voilà ! Après de multiples essais, cet émail est validé !

Voici quelques pièces réalisées avec cet émail “Peau d’abricot” :

  • Tous

retour aux autres émaux

Non classé

Bave d’escargot

bave escargot

Pour obtenir cet émail “Bave d’escargot”, j’ai suivi la même méthodologie pour obtenir mon émail Vert d’eau. A savoir, j’avais mon émail Tressaillé transparent à base de cendre de chêne. Ensuite, j’ai ajouté différents oxydes à différentes concentrations.

Ici, nous pouvons constater l’ajout d’oxyde de chrome vert à différentes concentrations:

chrome

C’est la première fois que je vois le chrome donner du bleu! Je décide de poursuivre les essais en faisant varier la silice et en conservant les 2 concentrations testées plus haut:

Ci-dessous, essai avec la concentration d’oxyde de chrome vert élevée:

chrome élevé

Je trouve l’aspect un peu trop “chimique” et “fluorescent”, je n’aime pas trop.

Et ci-dessous, second essai avec une concentration d’oxyde de chrome vert moins élevée:

chrome moins élevé

J’ai quelques difficultés à définir la couleur obtenue! Grise? Blanche? Bleue? Verte? Un mélange de tout cela! Bref, cette teinte me plait!

Je décide alors de réaliser un test d’épaisseur (Vous avez un petit descriptif de la fabrication de l’outil ici) en ajoutant un peu d’oxyde de chrome vert. Pour cela, je me place proche de l’échantillon avec la faible concentration ci-dessus mais beaucoup moins que les essais avec la forte concentration en oxyde de chrome :

épaisseur bave escargot

Voici quelques pièces avec cet émail “Bave d’escargot”:

  • Tous

retour aux autres émaux

Non classé

Champignon

champignon

Pour aboutir à cet émail “Champignon”, ma recherche autour de l’émail “Vert forêt” a été mon point de départ. Le test ci-dessous a été obtenu en ajoutant du kaolin et du cuivre à mon émail Tressaillé transparent à base de cendre de chêne:

cuivre kaolin

J’ai donc sélectionné l’échantillon de droite (au point rouge sur la photo ci-dessus). Le cuivre remplace par l’oxyde de nickel en différentes proportions:

nickel

Le résultat du milieu a ma préférence. On y aperçoit 2 couleurs brunes, du chocolat? Cependant, on voit qu’en bas de l’échantillon, l’émail est partiellement fondu. Afin d’augmenter la fusibilité de l’émail, je décide d’abaisser le taux de kaolin. Voici ce que l’on obtient:

retrait kaolin

Je sélectionne l’échantillon n°3 (point rouge) qui apparaît un peu plus fondu mais qui ne coule pas et qui garde l’aspect “chocolat au lait”.

Je décide d’effectuer un test d’épaisseur (lien pour construire un petit outil pour mesurer l’épaisseur de l’émail) avec cette base afin de confirmer l’obtention de cet aspect-là:

épaisseur champignon

Le résultat est satisfaisant. On peut voir que l’échantillon avec l’épaisseur n°3 nous permet d’obtenir l’effet recherché. On peut également constater que l’émail ne coule pas, même avec une épaisseur importante.

Voici quelques pièces avec cet émail “Champignon”:

  • Tous
  • pots à Bonsaï

retour aux autres émaux

Non classé

Bleu de chine

bleu de chine

Pour trouver cet émail “Bleu de chine”, je suis parti du résultat de ma recherche autour de l’émail “Vert forêt“. Le test ci-dessous a été obtenu en ajoutant du kaolin et du cuivre à mon émail Tressaillé transparent à base de cendre de chêne:

vert foret

Mon point de départ était donc l’échantillon (au point rouge sur la photo ci-dessus). J’y ai ôté l’oxyde de cuivre, qui fournit le vert, et l’ai remplacé par du cobalt en différentes proportions, ce qui aboutit à un émail dans les teintes bleus:

cobalt

L’essai montre un émail fondu. Afin de le rendre plus fusible, je décide de procéder à un test en abaissant le taux de kaolin (voir ci-dessous):

abaissement kaolin

L’échantillon n°2 (avec le point rouge) montre un bleu satiné légèrement pailleté qui me semble prometteur! Les échantillons avec davantage de kaolin sont moins fondus. L’échantillon n°1 avec moins de kaolin commence à perdre son aspect satiné et également à couler. Je décide de réaliser un test d’épaisseur en partant de cette base (échantillon n°2) (lien pour construire un petit outil pour mesurer l’épaisseur de l’émail):

épaisseur bleu de chine

Le résultat est bon. On observe sur l’échantillon n°3 l’aspect et la couleur recherchés.

Voici quelques pièces avec cet émail “Bleu de chine”:

  • Tous
  • pots à Bonsaï

retour aux autres émaux

Non classé

Météorite

météorite

L’obtention de cet émail “Météorite” fut un hasard. En effet, lors de recherches pour obtenir un Rouge de fer sont apparus les prémices de cet émail. A ce stade, je faisais varier la cendre d’os pour essayer de faire apparaître du rouge:

cen d'os

Lors de ce premier essai, j’obtiens un échantillon avec un aspect métallique rugueux, qui me fait penser immédiatement à une météorite. Voici un gros plan:

gros plan météorite

Je décide alors d’effectuer un test en croix (ajout et retrait de silice en vertical et alumine en horizontal) en partant de cet échantillon:

test en croix

Dans le même temps, je décide de tester l’émail sur une pièce plus volumineuse:

grandes pièces

Sur le test en croix, nous retrouvons sur l’échantillon du mileu notre aspect gris métallique. Par contre, sur les gros échantillons c’est moins le cas. On retrouve cette texture On voit quand même que quand l’émail est plus épais, .

Je décide de faire un test d’épaisseur (lien pour construire un petit outil pour mesurer l’épaisseur de l’émail):

épaisseur météorite

Nous retrouvons l’aspect météorite avec une grande épaisseur. Malheureusement, l’émail devient coulant avec cette épaisseur dont la pose va s’annoncer compliqué…

J’essaye donc de le poser épais sur une plus grande pièce:

grande pièce épais météorite

Nous observons alors que l’émail a moins coulé que sur un échantillon, nous obtenons bien la texture un peu brute de l’émail. Ce sera à confirmer sur la pose de plus grandes pièces, mais c’est satisfaisant.

Voici quelques exemples de réalisations avec cet émail Météorite:

  • Tous
  • pots à Bonsaï

retour aux autres émaux

Non classé

Sahara

sahara

Pour trouver cet émail que je nomme “sahara”, mon point de départ était ma recherche autour de l’émail Vert forêt. Le test ci-dessous a été trouvé en ajoutant du kaolin et du cuivre à mon émail Tressaillé transparent à base de cendre de chêne:

vert foret

Je suis donc parti de l’échantillon (au point rouge sur la photo ci-dessus). J’y ai enlevé le cuivre et l’ai remplacé par du rutile en différentes proportions:

ajout rutile

L’essai avec la plus grande quantité de rutile me donne un aspect mat mais fondu et légèrement coulant. C’est la première fois que je vais travailler sur ce genre d’émaux (mat). Je trouve l’aspect et l’idée intéressants. Je pars donc de cet échantillon et le teste sur de plus grosses pièces:

grosse pièce

Petite déconvenue… La couleur y est, l’aspect mat aussi mais cela ne ressemble pas vraiment au visuel de mon échantillon… 2 solutions: soit je n’ai pas émaillé assez épais les pièces, soit je me retrouve avec la même déconvenue lors de mes essais pour la mise au point de l’émail Vert forêt.

Avant d’effectuer un test d’épaisseur, je décide de diminuer la concentration en kaolin à cette base; voici le résultat:

kaolin sahara

L’échantillon à droite (avec la concentration de kaolin la plus élevée et qui correspond aux essais sur grande pièce plus haut) montre à nouveau un résultat intéressant. Les résultats très mitigés sur les grandes pièces devaient être dus à l’épaisseur de l’émail, comme j’ai pu le prouver en mettant au point l’émail Vert forêt.

Un test d’épaisseur ici aussi devrait permettre de s’en rendre compte (lien pour construire un petit outil pour mesurer l’épaisseur de l’émail):

épaisseur sahara

Voici quelques pièces avec cet émail “Sahara”:

  • Tous
  • pots à Bonsaï

retour aux autres émaux

Non classé

Bleu cobalt

bleu cobalt

Pour obtenir cet émail “Bleu cobalt”, mon point de départ fut mes premières recherches avec la cendre de chêne, grâce auxquelles j’avais obtenu un émail Tressaillé transparent. Je décide donc de conserver cette même base et d’y ajouter des oxydes métalliques de cobalt en différentes proportions:

ajout cobalt

L’émail étant assez transparent, je tente d’ajouter du silicate de zirconium pour essayer de le rendre plus opaque, tout en gardant le réseau de craquelures:

ajout zirconium

Nous observons qu’à basse concentration le silicate de zirconium n’a aucun effet flagrant et à haute concentration le tressaillage est absent ou masqué. Ce n’est pas l’effet recherché, donc je reviens sur mes essais de départ:

essai cobalt

Nous pouvons voir que l’émail est très coulant. L’échantillon de gauche manque de bleu et celui du milieu en a de trop (selon moi). Je décide de poursuivre les essais en utilisant une concentration de cobalt entre les 2 essais de gauche. Tout en sélectionnant cette concentration d’oxydes, j’ajoute également de la silice:

ajout silice

Le résultat est plus pertinent. Je choisis l’échantillon du milieu pour procéder à un test d’épaisseur (Vous avez un petit descriptif de la fabrication de l’outil ici):

test épaisseur bleu cobalt

L’émail reste coulant tout comme mon Vert lichen, il faut veiller à l’appliquer sur des pièces le permettant. Voici quelques pièces avec cet émail “Bleu cobalt”:

  • Tous
  • pots à Bonsaï

retour aux autres émaux

Non classé

Lin

lin

Pour obtenir cet émail “Lin”, j’ai suivi la même méthodologie pour obtenir mon émail Vert d’eau. A savoir, j’avais mon émail Tressaillé transparent à base de cendre de chêne. J’ai ensuite ajouté différents oxydes à différentes concentrations.

Ici, l’ajout d’oxyde de nickel à différentes concentrations est visible:

ajout nickel

Le 3ème échantillon me semble intéressant! Le fait d’avoir 2 échantillons marrons différents dans un même émail est-il dû à une épaisseur différente ou un début de cristallisation? Toujours est-il que je sélectionne cet échantillon et je fais varier la silice:

ajout silice

Ici nous observons clairement l’impact de la silice sur cet émail: davantage de silice implique un émail moins coulant et moins fondu. Je sélectionne le 2ème échantillon qui ne coule pas trop mais permet de conserver les 2 couleurs différentes.

J’ai hâte de voir ce que va donner le test d’épaisseur (Vous avez un descriptif de la fabrication de l’outil ici). Va-t-on conserver les 2 couleurs? Le résultat obtenu sera-t-il jaune quand l’épaisseur est grande et brun quand elle l’est moins? :

test épaisseur lin

Bingo! Lorsque l’émail apparaît, nous obtenons un beige/gris alors que l’émail apparait brun en couche fine ou sur les arrêtes.

Voici quelques pièces avec cet émail “Lin”:

  • Tous
  • pots à Bonsaï

retour aux autres émaux