Non classé

liège

liège

Pour réaliser cet émail “liège”, mon point de départ était mon émail blanc auquel j’ai ajouté du fer dans différentes proportions:

concentration fer

Les échantillons 3 et 4 (point rouge) retiennent mon attention, je conserve donc ces concentrations en fer.

L’oxyde d’étain (faisant partie de mon émail blanc) est une matière première assez onéreuse. D’après la littérature, il est possible d’utiliser du silicate de zirconium en guise de suppléant. Je remplace donc l’oxyde d’étain par le silicate de zirconium. J’utilise les 2 concentrations de fer sélectionnées ci-dessus et fais varier le silicate de zirconium en deux concentrations différentes:

zirconium

En haut, nous retrouvons la faible concentration de fer et en bas une concentration un peu plus importante. Les essais du bas fournissent un marron que j’estime quelconque, j’abandonne alors cette piste. Par contre, l’échantillon avec moins de fer et le plus de silicate de zirconium me donne un émail moucheté intéressant. Je poursuis les essais à partir de cet échantillon (avec le point rouge).

Je procède alors à un test sur de plus grandes pièces afin d’observer le rendu :

grosse pièce liège

Ici, le résultat me plait bien! Je décide de faire un test d’épaisseur avant de l’ajouter à ma collection:

épaisseur liège

(lien pour construire un petit outil pour mesurer l’épaisseur de l’émail) :

Voici quelques pièces avec cet émail “liège”:

  • Tous

retour aux autres émaux