Non classé

Goutte d’huile

Pour poursuivre mes recherches autour des cendres et des superpositions, il m’a semblé important d’essayer de développer un émail dit “goutte d’huile”. Cette appellation provient des sortes de gouttes qui apparaissent après cuisson sur l’émail. Cet effet est réalisé dans des glaçures à forte concentration de fer. A hautes températures, le fer, sous forme Fe2O3, n’est plus assez stable et est obligé de céder de l’oxygène pour former FeO. C’est cette libération d’atomes d’oxygène qui provoque l’éclatement des bulles à la surface de l’émail, du à la viscosité de celui-ci au moment de la libération des atomes d’oxygène, d’où l’apparition des “gouttes” de couleurs différentes. Cette technique n’est possible qu’en cuisson oxydante, les atomes d’oxygène sont déjà libérés en cuisson réductrice.

J’ai donc effectué mes premières recherches de manière assez large autour du diagramme 48 et obtenu beaucoup de déchets. J’ai conservé certains échantillons:

J’ai sélectionné l’échantillon en bas à droite pour poursuivre les recherches. Dans un second temps, j’ai fait varier le % oxydes de fer pour observer l’impact de celui-ci sur la glaçure:

J’ai sélectionné le 6ème échantillon sur la photo, soit celui-ci:

L’effet obtenu est intéressant mais l’émail ne semble pas fondu de manière homogène; je décide de refaire un triangle autour de cet échantillon:

Je sélectionne alors l’échantillon sur la 3ème rangée (en partant du bas) en 2ème position, donc relativement centré sur mon triangle. Voici l’échantillon agrandi:

Voici le résultat sur des pièces:

  • Tous
  • pots à Bonsaï
  • Vases